François Mauriac, par Laurence Biava

Contributeur(s) : Laurence Biava (auteur)

« Je souhaite parler de Mauriac parce qu’il est l’écrivain qui depuis mes 17 ans, m’a le plus touchée, émue. Parce que sa poésie et sa tendresse m’ont bercée. Parce qu’il me préserve du doute et du leurre depuis toujours. Parce qu’il incarne ce que j’ai toujours recherché dans l’écriture et que je n’ai pas encore saisi à ce jour. Parce qu’il m’habite en permanence, parce qu’il me transporte et que pour de multiples raisons qui tiennent à la fois à l’éthique, à mes croyances personnelles, à mes convictions profondes, à mon éducation, et à la fidélité que je place en à peu près tout, je continue de me nourrir de lui, de me reconnaître et de me lire en lui. Mauriac est en haut de mon panthéon littéraire depuis toujours, et je ne vois pas ce qui pourrait bien faire pivoter cette fusion. Écrivain préféré, il restera éternellement. Il est mon maître, mon guide, mon ami, mon frère aîné de lettres que je relis sans cesse et dans lequel je plonge tête baissée invariablement.  Je me demande souvent ce qu’il aurait dit devant tel fait de société, comment aurait-il réagi à telle parole ? qu’aurait-il pensé de cette société écartelée, malheureuse, anéantie ? Je pense qu’il se serait bien gardé de soubresauts ou de résidus inutiles tant il était un exemple de pondération et de justesse de ton :  je sais aussi qu’il n’aurait jamais trahi quiconque ou quoi que ce soit, comme il le fît toujours, sans renoncer pour autant à exprimer ses certitudes, à renoncer à ses engagements. C’est aussi cette approche artistique du verbe que je propose au lecteur avec ce Duetto que je lui consacre. »

L'auteur :

Laurence Biava dit avec pudeur son admiration pour François Mauriac. Un hommage respectueux et élégant, aux accents lyriques.

Lire plus