Blaise Cendrars, par Adeline Baldacchino

Contributeur(s) : Adeline Baldacchino (auteur)

« J’ai aimé Blaise Cendrars pour son pseudonyme de braise et d’art, de phénix et d’ogre. J’ai cru comme lui qu’on pouvait écrire pour renaître de ses cendres, partir comme on se régénère, rêver comme on se recommence. J’ai aimé les masques du poète, les ruses du voyageur. J’ai poursuivi le désir jusqu’en Ouzbékistan, la joie jusqu’au Brésil, les livres jusqu’à l’absurde. J’ai appris à m’esquiver pour mieux me retrouver. Cendrars a voulu que la poésie soit dans sa vie avant d’être dans ses livres. Il a fini par confondre les trois : la poésie, la vie et les livres. Il avait bien raison. Je ne sais pas faire autre chose. »

L'auteur :

Passionnée de poésie et de littérature voyageuse depuis son enfance, Adeline Baldacchino est passée par l’ENA et la Cour des comptes avant de revenir à ses premières amours. Elle vient de publier « Michel Onfray ou l’intuition du monde » (Le Passeur).

Lire plus