À propos de...

Bernard Morlino

Un extrait du Duetto Marcel Pagnol : « La force des livres de Marcel Pagnol c’est qu’ils sont de la grande littérature populaire. Il a écrit des romans parlés ou du théâtre écrit, ce qui revient au même. Il a une dimension spirituelle qui renvoie à un Molière des temps modernes. Ses pitreries ont une très grande profondeur. Les gens qui font rire sont souvent déconsidérés : c’est ignorer que Molière, Shakespeare et Pagnol écrivaient des scènes amusantes pour toucher tous les publics. Dans une salle, il faut intéresser l’orchestre, les baignoires, le promenoir, les loges, le balcon et les enfants du paradis. Les répliques du monde pagnolesque sont criantes d’esprit, de vérité glaçante et de haute cruauté. La poésie est omniprésente : « Les bossus sont des petits d’ange qui cachent leurs ailes sous leurs pardessus » ; « La maison s’appelait la Bastide Neuve, mais elle était neuve depuis bien longtemps.»