À propos de...

ALEXANDER MERCHANT portrait

Alexander Merchant

Que se passe-t-il dans la tête d’un adolescent qui fume avec délices de la marijuana, et se trouve confronté aux conséquences funestes de cette habitude ?

Tout ceci se passe aux Etats-Unis, au début des années 2000. Tout juste avant la dépénalisation du cannabis dans l’état du Connecticut, un état à l’époque très répressif, et qui depuis a viré à 180°. Un état où la légalisation n’a pas encore été votée mais où, pratiquement, la liberté de consommer de l’herbe est devenue totale.

A dix ans près, l’histoire de Peter Ziegler aurait été tout autre, il serait resté en Amérique, et n’aurait pas subi le traumatisme de se voir poursuivi par des policiers partiaux, à la botte des possédants, châtié par un père intraitable, enfermé par des conseillers d’éducation antidrogues inflexibles, pour être finalement envoyé en France.

American Immigrant est une photographie sans retouche d’une société bienpensante, obsédée par l’argent, l’appartenance ethnique ou religieuse.  Le jeune héros de ce livre réfléchit beaucoup, manie l’autodérision, et utilise son expérience douloureuse pour en tirer quelques leçons sociologiques et historiques. Il pointe du doigt l’hypocrisie d’une communauté qui veut faire croire qu’elle est ouverte, mais choisit ses membres avec préjugés et se débarrasse sans état d’âme des indésirables.

Cannabis, police, justice, psychiatrie, scolarité interrompue, famille déchiquetée, ne l’emporteront pas sur l’humour décapant et la rage de vivre du héros. Après tant d’épreuves, il restera seul maître de son avenir.

Alexander Merchant, Américain de mère française, signe avec ce premier roman le portrait au vitriol d’une certaine bourgeoisie de la Nouvelle-Angleterre.